20 septembre 2019 : "Nuovo Cinema Paradiso"

Salle Brémontier à Arès à 20h30

 Film-culte, jalon important de « l’âge d’or » du cinéma italien, « Nuovo Cinema Paradiso »  inaugure la saison du Ciné-club du Bassin, vendredi 20 septembre 2019, à 19 h 45,  salle Brémontier, 1, route du Temple à Arès (33740). La projection est suivie d’un débat animé par Françoise Dupouy, responsable programmation du Festival du film italien à Andernos-les-Bains avec la participation exceptionnelle de l’actrice et comédienne Brigitte Fossey.

Un film nostalgique inoubliable

Sortie en France le 20 septembre 1989 –il y aura trente ans jour pour jour !-  la comédie dramatique de Giuseppe Tornatore a remporté 18 récompenses à Cannes et aux Etats-Unis notamment. Ces multi-récompenses ont aussi consacré Philippe Noiret (Alfredo), meilleur acteur; meilleur acteur également dans un second rôle pour Salvatore Cascio (Toto); meilleur film non anglophone pour Giuseppe Tornatore et Franco Cristaldi; meilleure bande sonore originale pour Ennio Morricone et Andrea Morricone; et meilleur scénario original pour Giuseppe Tornatore.

« Nuovo Cinema Paradiso » a connu plusieurs versions : la version longue initiale de 170 minutes a été raccourcie pour faire finalement 155 minutes, puis 123 minutes pour la distribution internationale, notamment  en France. La version longue ressortira en 2002 sous le nom "Director's cut" ou "Cinema Paradiso : The New Version" aux Etats-Unis. Ce long-métrage d’anthologie est une ode romantique au Septième-Art. Guiseppe Tornatore a ainsi voulu évoquer la fin des salles de cinéma traditionnelles, à l’image de son petit cinéma sicilien avec, en filigrane, les mutations de l’industrie cinématographique contemporaine.  Il évoque l'amitié d'un jeune garçon et d'un projectionniste dans un modeste village de Sicile. Ses principaux éléments - la vie des gens simples et la pauvreté - ne sont pas sans rappeler le style néo-réaliste. Mais il y est surtout question de la réussite sociale en-dehors de la terre natale et de la nostalgie qu'elle engendre.

Guissepe Tornatore,  tout l’amour du cinéma

Révélé au grand public en 1988 avec « Cinéma Paradiso », Guiseppe Tornatore a connu une brillante carrière de réalisateur et scénariste de cinéma comme de télévision,  tant en Italie qu’à l’étranger, notamment aux Etats-Unis. Après avoir dirigé la seconde équipe de « Cent jours à Palerme » (1984) de G. Ferrara, Guiseppe Tornatore fait ses débuts en solo dans « Il Cammorrista » (1986). Deux ans plus tard, il réalise « Cinema Paradiso » dans une distribution franco-italienne avec Philippe Noiret, Jacques Perrin, Brigitte Fossey.

G. Tornatore tourne ensuite « Ils vont tous bien » (1990), avec Marcello Mastroianni –dans l’un de ses derniers rôles-  et Michèle Morgan, puis « Le Dimanche de préférence » (1991) avec Philippe Noiret encore. Parmi sa filmographie reconnue à l’international, on note « Une pure formalité (1995) avec Gérard Depardieu et Roman Polanski, qui concourt  à la Palme d’or de la quarante-septième édition du Festival international du film à Cannes,  enfin « L’Uomo Delle Stelle » (1996).

Les clés de la version longue

La version dite « director's cut » de 173 minutes, diffusée le vendredi 20 septembre à Arès, permet notamment de voir la séquence relative aux retrouvailles, des années plus tard, de Salvatore et de son amour de jeunesse incarné par Brigitte Fossey. Cette scène est importante car elle éclaire d'un jour nouveau le sens de la bobine léguée à Salvatore par le projectionniste Alfredo - contenant un montage de toutes les scènes de baisers ayant été censurées par le prêtre garant de la bienséance dans le cinéma paroissial. Ce n'est plus seulement un collage de bouts de films, mais un constat : « Tu as maintenant le droit d'aimer sans que cela nuise à ta carrière ».

La venue de Brigitte Fossey

Brigitte Fossey figure au générique de la version initiale (170 min. puis 155 min.) de « Nuovo Cinema Paradiso », présentée  par le Ciné-club du Bassin, le vendredi 20 septembre à Arès. Les séquences où figure l’actrice française, en compagnie de Jacques Perrin  ont été coupées au montage de la version courte (123 min) pour les besoins de la distribution internationale. Elle apparaît cependant dans la version "Director's cut", rééditée en 2002. Elle interprète Elena, l'amour de jeunesse de Salvatore, au moment de leurs retrouvailles à l'âge adulte.

Héroïne  à l’âge de cinq ans dans « Jeux interdits » » de René Clément (1951),  Paulette (Brigitte Fossey) revient au cinéma  dans « Le Grand Meaulnes » de Jean-Gabriel Albicoco, pour ne plus quitter la lumière des sunlights. Sa longue carrière d’artiste et comédienne populaire  - elle incarnera la maman  de Sophie Marceau dans « La Boum » et « La Boum 2 » de Claude Pinoteau (1980- 1982) - est jalonnée de rencontres avec de grands réalisateurs tels  François Truffaut, Claude Sautet, Bertrand Blier, Robert Altman. Plus récemment, Brigitte Fossey a interprété des rôles pour Philippe Harel, Alexandre Laurent, Edouard Deluc … 

Brigitte Fossey a été distinguée  à de nombreuses reprises dans les festivals internationaux ; elle a notamment reçu  le César de meilleure actrice  pour « Les Enfants du placard » de Benoît Jacquot (1977). Sa carrière est marquée par des interprétations dans des séries télévisées ou de téléfilms,  comme « Les Gens de Mogador (1972), « L’Affaire Caillaux » (1985), « Le Château des Oliviers » (1993), pour lequel elle reçoit un Sept d’or, « Un adultère » et « Coup de foudre sur un air de Noël » (2018)…

Célèbre au cinéma et à la télévision, comme au théâtre (Marivaux, Tchekhov, Molière…), Brigitte Fossey  collabore comme récitante à de nombreux spectacles littéraires, poétiques et musicaux. Elle est l’auteure de « Mon abécédaire spirituel » et « A la rencontre de Victor Hugo », ouvrages qu’elle partagera avec le public, samedi 21 septembre à 19 heures, librairie Le Jardin des lettres, 22, avenue de Bordeaux à Andernos-les-Bains.